Bienvenue sur

L’écosystème des Mauvais Élèves

Les mauvais élèves, c’est une communauté apprenante et agissante qui réunit des chercheurs, des dirigeants, des experts, des communicants qui souhaitent investir leur recherche, leur méthodologie et leur créativité au sein de l’entreprise via des prestations de conseils et dans la société civile au travers de Think Tank.  

Groupe de réflexion et d’action privé

laboratoire d’« idées génératrices »

Groupe de réflexion et d’action privé qui propose des interventions et produit des études sur les grandes questions sociétales et entrepreneuriales de notre époque, au service des décideurs. Notre volonté est de produire des idées, les porter en actions, de transmettre et d’assumer un discours qui ne craint pas d’être différent.

creative-business-people-listening-to-colleague-8ESP3SX.jpg

La transformation dans les entreprises C'est à dire ?

La transformation digitale et agile

Osons poser la question : est-elle à propos, et pourquoi ? Et dans l’affirmative, comment la mener d’une façon singulière, comme l’est votre entreprise ?

De nouveaux espaces de travail

Pourquoi pas. Mais pour quoi faire ? Comment les adapter à la culture de votre entreprise, pour qu’ils donnent envie et qu’ils soient réellement utiles ?

Un télétravail bénéfique pour tous

Est ce vraiment possible ? Pourquoi ? Comment ?

De nouveaux modes de management

L’entreprise est-elle prête ? Est ce que tout le monde partage le sens ? Est ce vraiment une bonne idée ?

Un collectif pacifié, qui génère confiance et engagement

L’ambiance de travail dans votre entreprise est-elle bonne ? L’élan et l’envie d’entreprendre vous semblent-ils suffisants ?

Une vraie qualité de vie au travail, pour éviter l'effet “baby-foot”

Pourquoi développer la Qualité de Vie au Travail de vos collaborateurs ? Au delà de l’effet de mode, comment agir efficacement et mesurer l’efficacité réelle des actions ?

Transformation digitale

Peut-on simplement envisager de se poser la question : est-elle à propos ? Et dans l’affirmative, comment l’entreprendre d’une façon singulière, comme l’est votre entreprise ?

Nouveaux espaces de travail...

Pourquoi pas. Là encore, est-ce à propos ? Pour quoi faire ? Comment suivre la culture de votre entreprise pour qu’ils vous ressemblent et qu’ils soient réellement utiles ?

Du tout agile…

Une bonne idée ? Pourquoi ? Comment ?

Construire un dispositif d’accompagnement managérial, pour former vos équipes aux nouveaux “modes de management”.

Est-ce que l’entreprise est prête ? Est-ce que tout le monde partage le sens ? Est-ce une bonne idée ?

Coacher l’un de vos directeurs ?

Est-ce la bonne personne à accompagner ? Les conditions en place sont-elles propices pour qu’il réussisse ?

Comment éviter l’effet “baby-foot” ?

Développer la Qualité de Vie au Travail de vos collaborateurs ? C’est une belle idée, à condition de pouvoir mesurer l’efficacité réelle des actions, à la fois sur le bien-être de vos équipes, et l’impact économique pour l’entreprise.

Événements

Au cœur de leur politique de transmission et pour promouvoir de nouvelles façons de penser les problématiques et d’agir, Les Mauvais Élèves proposent régulièrement des événements. Inscrivez-vous pour profiter des conférences, retours d’expérience, tables rondes et formations qui vous permettront d’accueillir un nouveau regard, d’ouvrir certaines lucarnes, de penser votre transformation en bénéficiant d’apports et de vécus réels, de ceux qui ont déjà arpenté le chemin.

Nous organisons 2 visios d’échange et de présentation d’une nouvelle session des cycles « Faire Lien Social » qui vont démarrer en octobre. L’un est dédié aux managers/leaders d’équipe et l’autre aux coachs/accompagnants.

Think tank

Les Mauvais élèves créént des « bulles », véritables « villages prospectifs » pour l’action sociale et responsable. Elles sont conçues comme des centres d’études, d’expertise et de production et regroupent des acteurs de l’entreprise, des personnalités politiques et des experts. Leur mission est d’interroger la société civile et le monde des entreprises, de proposer et d’implémenter des solutions, au plus près du terrain.

Présenté par Wadih Choueiri
Institut des Relations auTravail
Il a pour mission d’interroger les relations dans le cadre du travail.
Présenté par Hélène Valentin
La fabrique a idées citoyennes

Une association, une communauté de citoyens qui rassemble des femmes et des hommes de tous les horizons. Une force collective pour contribuer aux initiatives locales respectueuses de l’environnement, favorisant notre pérennité économique

Notre team

Intervenants

Les Mauvais Eleves c’est un collectif qui réunit des acteurs de la société qui possèdent leur propre structure indépendante, sont dépositaires de réelles compétences dans la transformation des entreprises, des organisations, de la société elle-même. Ils partagent des valeurs de solidarité, de génerosité et d’implication et souhaitent créer du lien, unir et partager leurs compétences, prendre du plaisir à co-construire une partie du monde du travail de demain, humainement respectueux, économiquement pérenne.

helene
Hélène Valentin
Direction de programme, transformation des modes de travail

Passionnée par les rapports sociaux et les dynamiques organisationnelles, elle accompagne les dirigeants et leurs équipes pour transformer les modes de travail, les rendre plus humanistes et sociétaux, économiquement pérennes.

Wadih-Choueiri-2-copie
Wadih Choueiri
Lien social, executive leadership

Passionné par le rapport de l’homme au travail et par les dynamiques organisationnelles, il œuvre pour de nouveaux modes de coopération et une plus grande conscience dans l’action.

AP2U2648-Modifier
Claude Allary
Gouvernance, Coopération & management

Les qualités humaines doivent être sur le devant de la scène des compétences managériales. Il n’est pas d’efficacité managériale durable sans une profonde et sincère mise en mouvement de ses propres énergies en relation aux autres

Le Blog

Les Petits Papiers

Covid19, télétravail et lien

Me concernant, ce qui est apparu clairement dans l’utilisation des nouvelles technologies ces dernières semaines, c’est l’importance encore et toujours du lien.

tÉMOIGNAGES

Ils en parlent

Investir et avancer,
Réfléchir et agir.

© Copyright 2021 – Les Mauvais Élèves – Tous droits réservés

Hélène Valentin

Pourquoi, je fais l’éloge des « mauvais élèves », moi l’ancienne cadre dirigeant d’un grand Groupe international ?

Une conversation qui m’a fait quitter l’entreprise dans laquelle j’avais passé plus de 20 ans…
un jour je me retrouve face à mon nouveau « sponsor ». Il m’explique que : « Hélène, s’intéresser à des projets humains est tout à ton honneur, mais l’entreprise n’a, aujourd’hui, plus les moyens ».
J’ai été profondément choquée par ce raisonnement financier, froid, technocratique.

Il est non seulement totalement à côté de mes valeurs, mais aussi, de mon point de vue, contraire à l’intérêt de l’entreprise et de ses salariés. A mon sens un vrai manque de vision et d’éthique.

La goutte qui a fait déborder un vase déjà plein !

Je n’accepterai plus de faire partie de cette culture qui est de mon point de vue perdante pour tous, perdante tant pour notre présent que notre futur.

C’est pourtant il y a plus de 20 ans, j’ai découvert dans cette entreprise une culture d’entreprenariat humaniste, sociétalement engagée et responsable.
J’y ai appris les fondements des bonnes pratiques de management, pas très loin de l’agile finalement, parce que pleines de bon sens, pragmatisme, avec la volonté de mettre l’humain au centre et tournée sur le client et l’efficacité.

Les valeurs humaines

Courage, loyauté, esprit d’équipe, impertinence raisonnée, respect et intégrité…

Il y avait aussi cette volonté de travailler le plus sérieusement possible, sans se prendre au sérieux.
J’ai toujours apprécié, au-delà des valeurs, l’ouverture, la rigueur, l’exigence de résultats, et la capacité qui nous a été donnée d’être curieux et d’apprendre de nouveaux métiers.

J’ai pu passer de l’actuariat au pilotage de projets, à l’informatique, à la transformation.

J’ai été amenée tout au long de ma carrière, à prendre des responsabilités, pour piloter des projets d’envergure, mettre en place et diriger des organisations dans des environnements exigeants.

D’une part, nous étions valorisés pour les résultats obtenus, et appelés à prendre en main les projets les plus difficiles, la plupart très transversaux.
Et d’autre part, nous dérangions.

A cause d’un trait de caractère qui nous différenciait, et qui n’était pas toujours apprécié ou compris dans l’entreprise.

Lequel ?

Une forme d’esprit rebelle.
Mauvais élève !

J’aime faire un pas de côté et regarder les choses sous un autre angle. J’apprécie la notion de frugalité, j’aime être avare de l’énergie dépensée dans le sens éthique du terme, pour trouver les voies les plus simples, rapides et efficaces.

J’ai aussi un certain franc parler (critique bienveillante) et j’acquière avec l’expérience une liberté d’avancer sans réel compromis.

C’est à mon avis tout cela qui nous a permis de mener à bien des transformations dans l’intérêt commun des salariés et de l’entreprise. En étant parfois, c’est vrai, un peu poil à gratter…


Ma conviction

Il faut bousculer l’ordre établi, le dénoncer et s’en affranchir quand il n’est plus dans la mission et l’intérêt de l’entreprise, il faut prendre nos responsabilités en tant que citoyen, et construire ensemble un monde du travail plus libre, et respectueux de notre environnement.

Pour prendre du plaisir à coconstruire une partie du monde du travail de demain, humainement respectueux, économiquement pérenne.

Wadih Choueiri

J’ai longtemps été un « bon élève » mais quelque chose s’est mis à « coincer »…

Pour la première fois, j’ai repris la direction d’une entreprise.

Nous sommes passé d’une société « artisanale » d’une douzaine de personnes à cinquante à force de travail, de persévérance et d’envie pour devenir une structure solide.

C’est à ce moment-là que les grèves contre le plan Juppé éclatèrent. Il fallait tenir plus que jamais, ne serait-ce que pour sauver l’entreprise et ses salariés.

Je me suis abîmé.

C’est là où, sans dire un mot, d’autres « bons élèves » de l’entreprise se sont retirés du jeu, épuisés.

Il m’a fallu « réduire » la voilure, licencier en me coupant de moi-même, sans réussir à mobiliser mes ressources, j’avais appris à tout porter.

J’aurai pu :

  • faire appel à d’autres personnes
  • re-négocier financièrement les échéances.
  • M’opposer à ceux qui détenaient l’entreprise
    accepter de ne pas me suffire à moi-même
  • Demander de l’aide, accepter d’être impuissant et imparfait… mais vivant.

 

Non, je me suis épuisé.

Je n’ai pas pu sauver l’entreprise, elle fut réduite à sa portion congrue et l’aventure incroyable qui nous avait emmenés dans une accélération joyeuse vers le succès, nous renvoyait alors vers notre échec et particulièrement, vers le mien.

Puis, j’ai créé ma propre structure, j’appris…

En fait, je me suis affranchi.

Le bon élève couve encore en moi mais depuis cette traversée difficile, aucune de mes décisions n’est dictée par « ce qu’il est normal » de faire.
A aucun moment, les normes, les hiérarchies, ne prévalent sur mes propres prises de position. Elles comptent bien sûr mais à aucun moment elles n’ont pu compter mécaniquement… j’acceptais d’explorer des terrains inhabituels, quelquefois inconfortables…

Dans mon métier d’accompagnant…
en « praticien » de l’entreprise, j’entends les dirigeants évoquer leurs difficultés.

Très souvent ils sont brillants, diplômés des meilleures écoles. Ils abattent un travail phénoménal mais… s’échinent à rendre compte de ce qu’ils font et à faire « comme il se doit ».

Quelquefois, ils sont épuisés d’avoir tant donné.

Ils pourraient prendre soin d’eux-mêmes, se ressourcer, demander de l’aide, visiter des voies inconnues jusqu’alors, tenter un pas de côté, ou plusieurs… regarder ce qui survient, différemment.

C’est cela que j’appelle, non sans un zeste de provocation, être un « mauvais élève » !

Claude Allary

A 65 ans, se nommer « mauvais élève » n’est vraiment pas sérieux.

Comme si les 43 ans passés en entreprise ne suffisaient pas ? Le manque à combler pourrait être celui d’avoir été un bon élève la plupart du temps et l’envie, maintenant, d’aller voir de l’autre côté ce qu’est un mauvais élève.

Un comble pour un fils d’instituteurs laïcs, à des années-lumière de l’entreprise, voulant pour leur fils le meilleur bien sûr. Alors j’ai été un bon élève, j’ai même passé un doctorat à 63 ans…

Je suis en bonne voie de devenir un mauvais élève. Être un mauvais élève, ce n’est pas si loin de l’éveil bouddhique. Il y a comme une légèreté à ne plus avoir de peaux sur les yeux, à voir la réalité au plus près et à ne pas se laisser commander par ses peurs et ses croyances.

Eh bien, depuis quelques années, je ressens cette légèreté dans mon travail de coach, de conseil, d’administrateurs de sociétés. Je suis convaincu que ce sont principalement les peurs qui nous font voir de travers les réalités…alors les mauvais élèves ont-ils moins peur ?

L’entreprise est un lieu de socialisation permanente au point que coopérer pour un même but peut être exaltant…Henri Laborit disait « Nous sommes les autres », formule troublante car la raison d’être du travail en entreprise, c’est uniquement d’être avec les autres, ce qui contribue grandement à l’accomplissement personnel car nous sommes des animaux sociaux, pour le meilleur et pour le pire

Alors les autres il faut s’en occuper, pas toujours dans un mode hiérarchique, mais plutôt dans la simplicité de la relation à construire, à entretenir, à soigner…plus forts sont les liens, plus solide sera l’édifice bâti ensemble.

Dans les années à venir, les mauvais élèves vont faire parler d’eux : ils vont devenir ceux qu’on écoute…retournement des rôles. Ils n’ont pas leur langue dans leur poche, et ils n’hésitent pas à dire ce qu’ils pensent, ils ont une tranquillité à poser des sujets graves sur la table et à aider leurs interlocuteurs à voir plus loin à l’extérieur et plus profond en eux-mêmes.

Les relations de travail en entreprise subissent des changements profonds, pas seulement depuis quelques mois en raison de la croissance du télétravail, mais en permanence. Plus ou moins rude, plus ou moins déstabilisante, la transformation s’impose, personne ne peut aller contre sans dommages personnels et collectifs.

Les mauvais élèves veulent participer activement aux changements positifs des rapports au travail ; ils ne vont pas restés assis en marge du groupe. Ils n’aiment pas le conformisme, qui conduit souvent à un confort d’apparence. Ils préfèrent prendre la réalité à bras le corps.

Après tout, être un mauvais élève, c’est continuer à aller à l’école de la vie, et les entreprises sont un sacré lieu de vie sociale où il faut toujours s’efforcer de mieux gérer les rapports humains.