« Halluciner nos peurs, halluciner l’autre »

Une métaphore : le Roi des Aulnes, poème de Goethe

Nous pouvons lire ce poème en nous mettant dans la position de l’enfant, en attribuant au père la voix de la raison et au roi des aulnes, celle de l’imagination.

Qui chevauche si tard à travers la nuit et le vent ?
C’est le père avec son enfant.
Il porte l’enfant dans ses bras,
Il le tient ferme, il le réchauffe.

— Mon fils, pourquoi cette peur, pourquoi te cacher ainsi le visage ?

— Père, ne vois-tu pas le roi des Aulnes,
Le roi des Aulnes, avec sa couronne et ses longs cheveux ?

— Mon fils, c’est un brouillard qui traîne.

— Viens, cher enfant, viens avec moi !
Nous jouerons ensemble à de si jolis jeux !
Maintes fleurs émaillées brillent sur la rive ;
Ma mère a maintes robes d’or.

— Mon père, mon père, et tu n’entends pas
Ce que le roi des Aulnes doucement me promet ?

— Sois tranquille, reste tranquille, mon enfant :
C’est le vent qui murmure dans les feuilles sèches.

— Gentil enfant, veux-tu me suivre ?
Mes filles auront grand soin de toi ;
Mes filles mènent la danse nocturne.
Elles te berceront, elles t’endormiront, à leur danse, à leur chant.

— Mon père, mon père, et ne vois-tu pas là-bas
Les filles du roi des aulnes à cette place sombre ?

— Mon fils, mon fils, je le vois bien :
Ce sont les vieux saules qui paraissent grisâtres.

— Je t’aime, ta beauté me charme,
Et, si tu ne veux pas céder, j’userai de violence.

— Mon père, mon père, voilà qu’il me saisit !
Le roi des Aulnes m’a fait mal ! »

Le père frémit, il presse son cheval,
Il tient dans ses bras l’enfant qui gémit ;
Il arrive à sa maison avec peine, avec angoisse :
L’enfant dans ses bras était mort.

Réflexions

La puissance de l’imagination, l’hallucination de nos peurs

L’enfant a sans doute la fièvre, cette fièvre qui élance l’imagination des hommes et qui permet aux vivants de rejoindre les morts, comme le dis Cocteau dans son « discours du grand sommeil ».

La fièvre de l’enfant ne lui fait pas ici rencontrer les morts, en tout cas pas dans un premier temps, elle lui permet de rencontrer le monde du merveilleux, elle lance son imagination.

N’ayant pas pu prendre son corps, le roi des Aulnes prends l’âme de l’enfant et le père – raisonnable – est réduit à l’impuissance. Démontrer le manque de fondement d’une peur ne l’a jamais dissipée.

Pour Malebranche, « l’imagination est la folle du logis », mais que serait ce monde sans imagination ? « Le cœur a ses raisons que la raison ne connait pas » nous dit Pascal. Il y a dans le cœur, dans notre vie d’humain vulnérable et blessé, des raisons plus complexes encore que celles qui viennent de notre raison. Ce sont ces raisons-là qu’il nous faut apprendre à découvrir pour comprendre pourquoi nous nous lions à certaines personnes.

Une déclinaison actuelle et une ouverture sur une autre pensée…

Au-delà de mettre en évidence l’hallucination qui nous tient quelquefois, ce texte fait réfléchir à ce que nous vivons à l’époque pandémique actuelle.

De notre temps, nous ne pouvons imaginer la mort, la vie est sacralisée, mais en hallucinant le risque, nous risquons de mourir de peur. Alors, sans quitter notre imagination, nous pouvons peut-être apprendre à nous réconcilier avec la mort, comme faisant partie du vivant, nous pouvons tenter de ne pas donner une trop grande place aux risques, ce qui nous conduirait à produire un monde aseptisé.

Il en est de même du discours que nous pouvons tenir et qui tendrait à catégoriser certaines personnes dont les agissements nous échappent, nous pourrions leur trouver des tiroirs où les poser définitivement. Nous pouvons aussi, à l’inverse, tenter une réconciliation, avec ces parts en eux qui nous dépassent, qui nous les font voir monstrueux. À bien y regarder, l’on retrouve d’ailleurs ces parts en soi…

Nous serons en permanence en quête de nous-mêmes, mais l’autre aussi, est une recherche… qu’il ne faut jamais clore.

Une interprétation personnelle nourrie par la réflexion d’Éric Fiat, philosophe.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
S'abonner à notre Newsletter

Integer posuere erat a ante venenatis dapibus posuere velit aliquet sites ulla vitae elit libero 

© 2020 Les mauvais éléves